1) Origine

    Les recherches sur ce système ont commencés au début des années 80. On peut dire que le thoratec est le fils du jarvick 7, puisqu'il possède le même système et apparaît 10 ans après, donc en 1990. En effet, les chercheurs ont repris pour modèles le jarvick 7 et l'ont perfectionné. Le problème est que les patients avaient une très mauvaise qualité de vie à cause de l'encombrement du coeur dans le thorax et du bruit que faisaient les valves. De plus, il fallait constamment porter une valise de 40kg environ ce qui était forcément très génant.

thoratec_2_1_

  2) Fonctionnement

    Le système d'assistance circulatoire Thoratec est formé d'une ou deux prothèses ventriculaires assurant un débit continu grâce à un système pneumatique. Chaque ventricule est de type sac, constitué d'une chambre souple en polyuréthane insérée dans une coque rigide. Deux valves mécaniques assurent un débit unidirectionnel. Un diaphragme en polyuréthane sépare le compartiment pneumatique du ventricule. De l'huile de silicone lubrifie les surfaces des sacs et évite toute abrasion (usure par frottement) entre le diaphragme et le ventricule.

  Un aimant est adapté sur un diaphragme situé sur le sac pneumatique au regard du ventricule. Il permet de détecter son remplissage grâce à un effet Hall. Dès que le contact s'effectue, il y a activation électrique du système pneumatique, entraînant une vidange du ventricule grâce aux valvules.

  Les ventricules sont reliés au patient par deux jeux de canules. Elles sont spécifiques au système Thoratec ; selon le site d'insertion au niveau du patient, on peut définir une canule droite ou gauche dans l'oreillette, une canule artérielle (dans la racine de l'aorte ou le tronc de l'artère pulmonaire) et une canule apicale (dans la pointe du ventricule gauche). Il existe une taille unique pour deux longueurs différentes pour la canule de l'oreillette et trois configurations pour la canule ventriculaire.

  La console présente deux modules qui assurent l'activation des deux ventricules ; Le premier permet de vider périodiquement le ventricule dès qu'il est totalement rempli ; le second assure un vide qui améliore la qualité du remplissage ventriculaire. Le système électrique fonctionne sur le secteur ou grâce à des batteries qui fournissent une autonomie de quarante minutes. 

  D'un faible encombrement (7 kg), le système portable assure une assistance bi ventriculaire et se substitue totalement à la console. Le patient acquiert ainsi une autonomie beaucoup plus importante. Ce système est contrôlé par un microprocesseur interne ; il peut fonctionner avec deux batteries au lithium, une batterie ordinaire ou l'électricité murale. Chaque batterie assure une autonomie d'une heure. Une seule pompe fournit la pression d'activation et le vide ; elle peut prendre en charge le fonctionnement des deux ventricules.

    3) Résumé

  Le thoratec est donc un système portable permettant une autonomie assez grande et en attente pour une greffe. Le problème majeur est que le coeur est très encombrant car il n'est pas implantable entièrement donc il faut être pris en charge par des médecins avec rendez-vous fixe. La console de plus limite la liberté de mouvement du patient, même si elle n'empêhe pas la marche ou le vélo d'appartement. Deuxièmement, sachant que le dispositif du coeur artificiel est transthoracique cela peut engendrer des risque très important d'infections.

thora_1_ patient2_thoratec_1_